Le site est en cours de modification

Accueil > Le mouvement Massorti > 150 ans d’Histoire > Personalités du mouvement Massorti

Henrietta Szold (1860-1945)

Fondatrice d’Hadassah -

Une remarquable personnalité, tout à fait dans l’esprit du mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
qui lui offrit l’opportunité de l’étude à haut niveau.

Une remarquable personnalité, tout à fait dans l’esprit du mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
qui lui offrit l’opportunité de l’étude à haut niveau.

Si Henrietta Szold était née dans les années 1960 et non en 1860, elle serait sans doute devenu rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
. Elle était l’une des huit filles d’un rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
de Baltimore. Elle fut une étudiante brillante et passionnée du Judaïsme, une pionnière en la matière à une époque où les femmes n’étudiaient pas ou peu. A partir de 1903 elle suivit même les cours du prestigieux séminaire rabbinique de New York (Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
) à la condition expresse de ne pas présenter sa candidature à être ordonnée Rabbin rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
 ! Plus tard elle traduisit la monumentale Histoire des Juifs de Heinrich Graetz de l’allemand à l’anglais.

Déjà en 1893 elle était devenue la directrice de la prestigieuse Jewish Publication Society et fut parmi les initiateurs d’un grand projet éditorial révolutionnaire pour l’époque : l’édition d’une encyclopédie juive : The Jewish Encyclopedia and History of the Jews.

Elle fut une pionnière de l’émancipation des femmes juives et lutta toute sa vie pour faire tomber les barrières de la discrimination envers les femmes dans le judaïsme.

Le kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
pour sa mère :

Lorsque sa mère mourut en 1916, un ami proche Haym Peretz, lui proposa de dire le kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
(monopole masculin à l’époque). Henrietta Szold refusa poliment et écrivit :

« Je suis convaincue que l’élimination des femmes de tels devoirs n’a jamais été l’esprit de notre loi. Notre tradition les dispensait parfois de certains devoirs afin de leur alléger la tâche du fait de leurs responsabilités familiales ; certainement pas lorsqu’elles étaient en mesure de les exécuter. Je ne saurais même pas envisager que si les femmes remplissaient leur devoir, cela aurait une valeur moindre à la même action exécutée par un homme.

Je comprends très bien le sens de votre aimable proposition. Les coutumes juives sont très chères à mes yeux. Cependant, je ne saurais vous demander de réciter le kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
pour ma mère. A mon avis le sens du kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
consiste à déclarer publiquement l’intention de continuer une chaîne de transmission afin qu’aucune génération ne l’interrompe, ajoutant à son tour son maillon à la chaîne. Vous pouvez vous être le maillon actif dans votre famille, je me dois de l’être dans la mienne. Ma mère eut huit filles et aucun fils. A la mort de mon père, ma mère ne laissa personne prendre la place de ses filles pour dire le kaddish Kadish
Kaddich
Kaddish
"Sanctification" : prière en araméen récitée au cours de la prière publique, après l’étude de la Torah et entre les différentes parties de la prière. Certaines formes du Kadich sont réservées aux endeuillés. Il existe plusieurs versions du Kadich, adaptées au contexte dans lequel il est récité. Le Kadich fait partie des devarim chebekedoucha *.
. Je remplis donc sa volonté en refusant votre proposition… Je pense que vous comprenez ma position. »

Fondation d’Hadassah :

En 1912, Henrietta Szold, fondatrice et première présidente de l’association Hadassah, une organisation de femmes sionistes américaines, rêve d’apporter des soins modernes aux habitants mal nourris, malades et souffrants en Palestine (alors ottomane). Elle parle de ce projet à d’autres femmes sionistes. Comme tout cela se passe durant la fête de Pourim, l’association créée porte le nom d’Hadassah en souvenir du nom biblique de la reine Esther. Hadassah signifie également en hébreu « myrte », une vigoureuse plante orientale dont on parle dans la Bible.

Henrietta Szold arrive en Palestine en 1920 et devient la première directrice des services de santé de l’Agence Juive. L’hôpital Hadassah de Jérusalem se transforme en Hôpital Universitaire Hadassah dès son inauguration au Mont Scopus en 1939.

L’association prend en mains les services de santé en Palestine. Cliniques et hôpitaux sont établis à Jérusalem, Jaffa, Safed et Tibériade : la première école d’infirmières s’ouvre à Jérusalem et l’association prend le nom d’Organisation Médicale Hadassah.

Aliyat Hanoar

À partir de 1933, elle dirige le service de l’Alya des jeunes "Aliyat Hanoar" au sein de l’Agence juive. L’organisation arrivera à sauver près de 22 000 enfants juifs de l’Europe nazi.

L’organisation juive de combat, le Palmach, nommera un célèbre bateau de réfugiés arrêté par les anglais à son nom "Henrietta Szold". C’était en 1946 juste après sa mort survenue le 13 février 1945 à Jérusalem.

Le kibboutz, Kfar Szold, dans le nord d’Israël, porte son nom.

Hadassah une puissante organisation féminine :

Dès la création de l’Etat, Hadassah a travaillé avec l’immigration des jeunes et créé d’autres institutions professionnelles : Ramat Hadassah Szold et Neurim. En 1952, s’élèvent à Ein Kerem les premières fondations d’un deuxième centre médical de l’Université Hébraïque, inauguré à Jérusalem en 1961 : Hadassah Ein Kerem. Puis, après la Guerre des Six Jours (1967), les vieux bâtiments hospitaliers du Mont Scopus, dont l’accès a été interdit par les Jordaniens qui ont annexé la Cisjordanie et cette partie de Jérusalem, sont restaurés et étendus puis réinaugurés en 1975.

Actuellement, les deux centres médicaux d’Hadassah de Jérusalem, Ein Kerem et Mont Scopus, sont reconnus parmi les meilleurs établissements de formation hospitalière et comprennent des écoles d’infirmières.

L’association Hadassah, elle, est la plus importante des organisations féminines juives aux USA, avec des centaines de milliers d’adhérentes, et elle est membre de l’Organisation Sioniste Mondiale.

http://www.hadassah.fr

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?