Le mouvement massorti français
Questions pratiques
Judaïsme
Culture
test





Louis Ginzberg (1873-1953)
 – mots clés
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • imprimer
  • Réaction Pas de message

Ou Lévi Ginsbourg -

Spécialiste de Talmud  , de Midrash   et de la aggadah. Ses travaux approfondis sur la loi et la tradition juives ont fait de lui un des plus grands érudits Juifs du 20e siècle.

Un savant lituanien

Le rabbin   Louis Levi Ginzberg (parfois nommé Levi Ginsburg) est né à Kovno, en Lithuanie. Il a étudié dans les Yeshivot de Kovno et de Telz et était surnommé « l’ilouï de Neustadt. ». Il était l’arrière petit-neveu du Gaon   de Vilna (Elijah ben Solmon Zalman) dont la vie et les travaux l’ont fortement influencé.

Louis Ginzberg considère sa démarche intellectuelle mêlant le savoir académique aux études de la Torah sous l’appellation de « judaïsme historique » comme une émulation de l’œuvre de son ancêtre le Gaon  . Dans son livre Les Étudiants, les Érudits et les Saints, il cite les instructions du Gaon   de Vilna : « Ne vous considérez pas liés aux opinions du Choulhan Aroukh si vous estimez qu’elles ne s’accordent pas avec celles du Talmud  . »

Après avoir quitté la Lithuanie, il étudia l’histoire, la philosophie et les langues orientales à l’université de Berlin et à celle de Strasbourg, où ses professeurs furent T. Noeldeke et Heilderberg. Il acheva ses études en 1898.

En 1899 Louis Ginzberg émigra aux Etats-Unis où il accepta un poste à l’Hebrew University College, mais à peine était-il arrivé que cette proposition fut retirée. Il rejoignit alors l’équipe de la Jewish Encyclopedia en tant que rédacteur en chef du département rabbinique. Un grand nombre de ses contributions à cette publication demeurent des textes qui font toujours autorité sur leur sujet. La Jewish Encyclopedia contient plus de quinze mille articles en douze volumes, traitant de l’histoire et de la situation du judaïsme à cette époque.

Rabbin   et décisionnaire Massorti  

En 1903, il démissionna pour prendre un poste de professeur de Talmud   au Jewish Theological Seminary (JTS  ), séminaire rabbinique Massorti   où il resta jusqu’à sa mort en 1953.

On peut dire que par ses enseignements aux futurs rabbins  , ses décisions halakhiques et ses publications savantes, Louis Ginzberg devint l’un des principaux architectes du Mouvement Conservative   (Massorti  ). Il dirigea le Committee on Jewish Law and Standards qui est l’autorité halakhique centrale du Judaïsme Massorti  .

Pendant les cinquante ans où Ginzberg enseigna au JTS  , il forma deux générations de futurs rabbins   Massorti  . Sur presque chacun d’eux individuellement il eut une influence profonde. À certains, encore aujourd’hui, il sert de modèle. Il a été le mentor du rabbin   David Golinkin, le principal leader conservative   d’aujourd’hui en Israël, qui a beaucoup écrit sur lui. Récemment ce dernier a publié une collection de responsa   contenant 93 questions que Ginzberg avait tranchées.

Un juif engagé

Il fut le fondateur (1919-29) et le président pendant plusieurs années, de l’American Academy of Jewish Research.

En 1928-29, Ginzberg fut le premier professeur de Halakha   à l’Université Hébraïque de Jérusalem et en 1934 il fut un des membres de la Commission Hartog dont les recommandations conduisirent à d’importants changements dans l’administration de l’Université Hébraïque.

Comme expert il défend le judaïsme dans les affaires nationales et internationales.

En 1906, il défend la communauté juive contre l’accusation antisémite de crime rituel et, en 1913, Louis Marshall lui demande d’intervenir dans l’affaire Beilis pour réfuter un libelle de ce genre édité à Kiev supposé se fonder sur des sources juives.

Un savant remarquable

En reconnaissance de son érudition impressionnante dans l’étude du judaïsme, Ginzberg fut l’un des soixante lauréats que l’Université de Harvard honora d’un doctorat à l’occasion de son tricentenaire.

Les travaux de Ginzberg portèrent principalement sur les origines de la aggadah, de la halakha   et de la littérature des geonim  .

Lorsqu’il fit des recherches sur les origines de la aggadah, Ginzberg découvrit de nombreuses légendes perdues d’origine juive, conservées uniquement dans les textes chrétiens.

Dans son ouvrage principal, The Legends of the Jews (7 vols. 1909-38, publié récemment en français au Cerf) il combina des centaines de légendes, de maximes et de paraboles trouvées dans toute la littérature midrashique, pour en faire un récit ininterrompu recréé à partir des vies des patriarches du peuple Hébreu, de ses héros et de ses prophètes.

Il analysa l’évolution de la légende à partir de textes rabbiniques, de livres extérieurs, de la littérature Hellénique, de textes du début du Christianisme, de traductions, d’exégèses et de la Kabbale, en rapprochant ces textes de légendes d’autres cultures et en tentant de différencier les créations populaires de celles des érudits.

Louis Ginzberg fit des recherches sur la Genizah, sélectionnant des fragments du Talmud   de Jérusalem, des midrashim et des légendes, beaucoup de littérature géonique, et des fragments d’anciens textes des Karaïtes.

Ses introductions à ces textes variés constituent d’importantes recherches sur des problèmes longtemps demeurés obscurs et difficiles dans les littératures talmudiques et rabbiniques.

Ses commentaires et suggestions sont en fait, des analyses de l’évolution de la Halakha   et de la Aggadah en Eretz Israel et à Babylone, et comportent de larges interprétations du Talmud   de Jérusalem, du Talmud   de Babylone, de la Mishna  , et de la Tosefta, des explorations exhaustives de questions historiques telles que : les écoles de Shammaï et Hillel, la présidence de Rabbi ben Azariah, et la rivalité entre Judée et Galilée, ainsi que l’émergence et le développement de diverses coutumes et institutions telles que la Grande Knesset, le Sanhedrin, la direction de la prière, les génuflexions et les inclinations dans la prière, les différences de coutumes entre Eretz Israel et Babylone.

Parmi ses publications, on peut citer : Fragments of the Yerushalmi (1909) ; Geonica (2vols, 1909), Excerps of Midrash   and Agadah (1925) ; Pirkoi ben Baboi (1929), The significance of the halakha   for Jewish history (1929), Commentaries and Innovations in the Yerushalmi (3 vols. 1941), Die Haggadah bei den Kirchenvaetern (1899-1900), Genizah Studies ( 2 vols, 1928-29) et Studies in the Origins of the Mishnah (1920).

Dans ses recherches sur la Secte de Damas : Eine unbekannte juedische Sekte(1922) il établit qu’il s‘agissait peut-être de pharisiens extrémistes qui avaient commencé à s’organiser sous le règne d’Alexandre Yannai et qui, mécontents des changements décidés lors du règne de Salome Alexandra, auraient quitté Damas, se séparant du reste majoritaire des Pharisiens modérés.

Dans Students, Scholars and Saints (1928) Louis Ginzberg présente le portrait de grands leaders juifs, parmi lesquels le Gaon   de Vilna, Israel Lipkin Salanter, Zakarias Frankel et Salomon Schechter.

Dans tous ses écrits, Ginzberg insista sur le fait qu’il est impossible de comprendre l’histoire et la culture Juives sans une excellente connaissance de la Halakha   ; mais que par ailleurs, le judaïsme contemporain ne pouvait pas ne pas tenir compte de l’histoire juive. En cela, il s’opposa toujours à l’orthodoxie  .

Ouvrages à lire


פירושים וחדושים בירושלמי

Le commentaire sur le Talmud   de Jérusalem par Levi Ginzberg est exceptionnel. Peu d’oeuvre arrive à un tel niveau de précision et d’érudition.

Voici trois volumes de ce commentaire.

Le premier fait 610 pages. Il traite de différentes questions de base concernant le texte de ce Talmud  . Il commente de façon systématique les deux premiers chapitres du traité Brakhot.

PDF - 28.8 Mo
פירושים וחדושים בירושלמי 1

Le deuxième fait 328 pages et ne porte que sur le troisième chapitre du traité Brakhot.

PDF - 15.9 Mo
פירושים וחדושים בירושלמי 2

Le troisième volume de 446 pages traite du seul chapitre quatre du traité Brakhot.

PDF - 21.8 Mo
פירושים וחדושים בירושלמי 3

Autant dire que chacun de ces volumes forme une somme incontournable pour toute personne un peu sérieuse s’intéressant à la littérature talmudique.

Les Légendes des Juifs en 6 volumes aux éditions du Cerf.

Cet ouvrage mérite particulièrement qu’on s’y arrête pour ses notes aussi nombreuses que le texte lui-même et d’une richesse extraordinaire.

http://www.editionsducerf.fr/html/f...

Recueil d’hommage

PDF - 19.9 Mo
ספר היובל לגינסבורג

Colloque sur Lévi Ginsbourg

Conférences en hébreu dans le cadre de l’Université hébraïque.

Avigdor Shinan, David Golinkin, Daniel Boyarin, Hillel Neumann...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?