Le mouvement massorti français
Questions pratiques
Judaïsme
Culture
test





Louis Jacobs (1920-2006)
 – mots clés
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • imprimer
  • Réaction Pas de message

Le grand théologien juif du 20e siècle. Le rabbin   mis au ban pour avoir osé poser de bonnes questions.

Le plus grand érudit du judaïsme anglais

L’hebdomadaire Jewish Chronicle de Londres, l’a, à plusieurs reprises défini comme "le plus grand Rabbin   que nous n’avons jamais eu".

Plébiscité en 2005, par vote populaire, comme le plus grand Juif anglais depuis le Retour des juifs sous Cromwell, il devance, dans les préférences des anglais, non seulement tous les grands Rabbins  , mais aussi des figures historiques comme Benjamin Disraeli et Moses Montefiore.

L’éminent Rabbin   et érudit Louis Jacobs est décédé à Londres le shabbat du 1er juillet, à l’âge de 85 ans, quelques semaines avant son 86e anniversaire. Auteur de plus de 50 ouvrages, inspirateur et fondateur du Mouvement Massorti   en Angleterre, fidèle toute sa vie, de manière rigoureuse, à la pratique religieuse orthodoxe  , le Rabbin   Jacobs était une autorité reconnue dans le monde entier pour ses travaux dans les domaines de l’étude juive, de la Kabbale au Hassidisme  , de la Mishna   à la Torah.

Biographie

Rabbi Louis Jacobs est né à Manchester le 17 juillet 1920 dans une famille d’ouvriers non religieux.

Apprenti imprimeur, à l’âge de 14 ans, il demande à ses parents de poursuivre ses études.

Après des études secondaires à la Manchester Central High School, il suit l’enseignement du Manchester Talmudical College, où il est ordonné rabbin  . Son professeur d’éthique et de théologie juive est le rabbin   ultra orthodoxe   Elijah Dessler.

Nommé rabbin   de la Manchester Central Synagogue de 1948 a 1954, Louis Jacobs devient le rabbin   de la New West End Synagogue de Londres en 1954, où il officie jusqu’ à 1960.

Il entre au London University College où il obtient son doctorat en Histoire. Au Jew’s College, entre 1959 et 1962, pendant les dernières années de la direction du rabbin   Isidore Epstein, il est directeur d’études de Talmud   et d’homilétique.

L’affaire Jacobs

En 1961, à la suite de la parution, en 1957, de son livre ″We have reasons to believe (Des raisons pour croire)″ dans lequel il propose une interprétation non traditionnelle de l’origine et de la transmission de la Torah, le Grand Rabbin   d’Angleterre Israël Brodie, malgré l’impeccable curriculum orthodoxe   du Rabbi Jacobs, n’autorise pas sa nomination à la direction du Jews’ College ; il lui interdit même de reprendre son poste à la New West End Synagogue et d’officier dans les synagogues affiliées au Rabbinat, sous le prétexte de ″la publication de ses idées″.

Ce fut ″l’affaire Jacobs″ qui secoua la vie de la communauté juive anglaise et qui fut l’objet de manchettes dans la presse nationale britannique, y compris The Times.

Curieusement la parution du livre, quatre ans auparavant, n’avait soulevé que des critiques modérées, sans aucune véritable censure.

Création du mouvement Massorti   anglais

Une partie des membres quitte alors la New West End Synagogue pour fonder la New London Synagogue. La nouvelle congrégation achète l’immeuble de la vieille synagogue de St. John’s Wood et demande à Rabbi Jacobs d’en devenir le rabbin   officiel- poste qu’il occupe jusqu’à 1995.

Ce sont les débuts du mouvement Massorti   au Royaume Uni.

Depuis la fondation de la New London Synagogue, le rabbin   Jacobs et le mouvement Massorti   sont la cible d’une constante hostilité, parfois mesquine, de la part d’un nombre croissant d’organisations orthodoxes   britanniques.

Le jour de son 83e anniversaire, dans la synagogue orthodoxe   de Bournemouth, le shabbat avant le mariage de sa petite-fille, on lui refusa l’honneur d’une aliyah, traditionnellement attribuée au père de la mariée. L’incident ne passa pas inaperçu dans la presse juive britannique.

Un juif immense

L’hebdomadaire Jewish Chronicle de Londres, l’a, à plusieurs reprises défini comme "le plus grand Rabbin   que nous n’avons jamais eu." Plébiscité en 2005, par vote populaire, comme le plus grand Juif anglais depuis le Retour, il devance, dans les préférences des anglais, non seulement tous les grands Rabbins  , mais aussi des figures historiques comme Benjamin Disraeli et Moses Montefiore.

Directeur de la Society for Study of Jewish Theology entre 1962 et 1964, Rabbi Louis Jacobs a également exercé comme professeur de Talmud   et de Zohar au Leo Baeck College, où, pendant quelques années, il a présidé le Comité Académique. Il a été invité en tant que professeur, à la Harvard Divinity School de 1985 à 1986 et à la Lancaster University en 1987.

C’est un auteur largement lu et reconnu, un conférencier très apprécié, plein d’anecdotes et d’humour, aussi à l’aise avec Maimonide   et le Baal Shem Tov qu’avec Shakespeare.

Il a été inhumé au cimetière de Cheshunt, dimanche 2 juillet, au cours d’une cérémonie à laquelle ont assisté plus de 2000 personnes, parmi lesquelles, significativement, le Grand Rabbin   d’Angleterre et le Rabbin   Abraham Levy, chef spirituel de la Communauté Espagnole et Portugaise de Londres.

Éloge

Le texte qui suit est la traduction de son éloge funèbre, prononcé par le Rabbin   Jonathan Wittenberg, de la New North London Synagogue et élève de Louis Jacobs.

« Le Rabbin   Louis Jacobs était un Ilouy  , un prodige, un Gaon  , un génie.
Doué d’une érudition sans limite, d’une mémoire légendaire, d’un talent pour expliquer simplement des arguments complexes et d’une inépuisable créativité dans ses écrits et ses discours, il a été, pour des générations d’étudiants, de fidèles et de collègues, un professeur et un maître exceptionnels.

Ses ouvrages, qui recouvrent quasiment toutes les disciplines du savoir rabbinique, en ont fait le maître de beaucoup d’autres.

Son engagement total dans la recherche de la vérité le laissait inflexible face à toute pression politique ou communautaire et face à toute censure qui aurait pu le détourner de sa quête.

Élevé dans le monde de la Yeshivah, qui restera à bien des égards sa patrie spirituelle et émotionnelle, il découvre au University College de Londres la critique historique. Il comprend rapidement que ces nouvelles méthodes de recherche imposent une révision de l’interprétation traditionnelle concernant l’origine de la Torah.

Il croyait encore profondément en la ″Torah du Ciel". Seulement, disait-il, tout dépend du sens donné à ″du″. La Torah n’est pas tombée du ciel, elle a, elle aussi, une histoire ; c’est une réalité que l’on ne peut nier et à laquelle il faut se confronter.

D’autres peut-être ont pu compartimenter la connaissance ou en ignorer les implications ; pour Rabbi Jacobs, cela relevait de la malhonnêteté intellectuelle et représentait une offense faite à l’intégrité.

C’est ainsi que sa vie est devenue une recherche courageuse en vue de concilier le monde de l’enseignement traditionnel et les acquis de la science moderne.

″Mon hypothèse de travail″ écrit-il “a été de considérer le Judaïsme comme une quête en m’appuyant sur l’idée que la quête de la Torah fait partie de la Torah elle-même″.

Rabbi Jacobs a vécu toute sa vie selon les règles de l’orthodoxie  . Mais la sienne, était l’orthodoxie   progressiste de la tolérante communauté juive anglaise qu’il aimait.

Fonder un mouvement nouveau n’a jamais été son but. Il parlait plutôt de créer dans la communauté juive anglaise, une sorte d’ambiance conciliant une pratique traditionnelle définie par une interprétation sensible et historiquement fondée de la halakhah, avec une approche non fondamentaliste de la Révélation et des textes sacrés.

Il souhaitait que le monde orthodoxe   reconnût non seulement la justesse de sa position mais, plus important encore, l’inévitable nécessité d’affronter les questions auxquelles lui, mais non ce monde-là, avait le courage de se mesurer.

Sa nomination au poste de directeur du Jews’ College bloquée, le retour à sa chaire au New West End refusée..., exclu d’un monde qu’il aimait et qu’en toute logique il aurait dû diriger, n’empêchent pas Rabbi Jacobs de poursuivre son travail : le nombre de ses étudiants augmente sans cesse, sa créativité ne connaît pas de limite, son humour garde toute son acuité.

Il fonde la New London Synagogue où il travaille avec passion pendant quarante ans et dont il fait l’avant-garde de sa philosophie.

Il a été le chef spirituel du Mouvement Massorti   anglais.

Le vote populaire qui lui attribue le qualificatif de "plus grand Juif Anglais après le Retour″, a été un moment d’affirmation de la vérité, de l’intégrité et de l’amour de la Torah.

Yechi Zichro Baruch - que sa mémoire soit bénie. »

Bibliographie partielle

Louis Jacobs est un auteur passionnant et de très haut niveau. Il a écrit énormément. Voici quelques titres :

Disponibles en français

  • Un livre a été publié chez Verdier sur la mystique de rabbi Zalman de Lyadi (fondateur de Habad  ). Mais il est épuisé.

  • A Tree of Life, Diversity, Flexibility and Creativity in Jewish Law
    PDF - 97.7 ko
    Un arbre de vie

    Un arbre de vie, une histoire de la Halakha  

Résumé en français du livre écrit par le rabbin   anglais Louis Jacobs

En anglais

  • We Have Reason To Believe : Some Aspects of Jewish Theology Examined in the Light of Modern Thought
  • The Talmudic Argument : A Study in Talmudic Reasoning and Methodology
  • The Book of Jewish Belief
  • Books Of Jewish Values
  • Jewish Law
  • Hasidic Prayer
  • Jewish Ethics, Philosophy and Mysticism
  • God, Torah, Israel : Traditionalism Without Fundamentalism
  • Holy Living : Saints and Saintliness in Judaism
  • Jewish Thought Today
  • The Jewish Mystics
  • A Jewish Theology
  • Studies in Talmudic Logic and Methodology
  • Beyond Reasonable Doubt
  • The Jewish Religion : A Companion

Des dizaines sont encore sur le marché en anglais.

http://www.amazon.fr/Livres-anglais...

Anecdote

Louis Jacobs était réputé pour son humour, il aimait à raconter :

On demande à un rabbin   : ’Pourquoi mangeons nous du Kugel à Shabbat ?’ Il répond : Parce que la valeur numérique de Kugel est la même que la valeur numérique de Shabbat !’

Cependant si l’on additionne les lettres de Shabbat (shin = 300, bet = 2, tav = 400 soit un total de 702) et qu’on le compare au total de Kugel (kuf = 100, vav = 6, guimmel = 3, lamed = 30 soit un total de 139) il est est clair que les deux mots n’ont pas du tout la même valeur numérique et que la valeur numérique de Shabbat est bien plus importante que celle de Kugel !

Alors quelle est la solution ? Il faut manger encore plus de Kugel !

Liens

Article sur ce site

http://www.massorti.com/La-Torah-en...

New London Synagogue

(La synagogue des Beatles qui y vinrent pour la cérémonie à la mémoire de leur impresario et se trouve Abbey Road à 100m des fameux studios)

http://www.newlondon.org.uk/

Louis Jacobs’ Library

La prestigieuse bibliothèque à Oxford a hérité des 14.000 volumes de Louis Jacobs.

http://www.ochjs.ac.uk/library/news.html

Le site qui lui est consacré contient beaucoup d’info sur son œuvre remarquable

http://www.louisjacobs.org

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?