Accueil > Le mouvement Massorti > Le billet du moment > Dans l’actualité

La mixité garçons - filles en question

La mixité garçons - filles en question

Le mouvement massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
a intégré la mixité entre garçons et filles, bonne ou mauvaise chose, cela peut faire débat.

Voici un article du Figaro intéressant sur la question, non dans le cadre de la synagogue, des colos juives ou du Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
Tora, mais dans celui de l’école républicaine.

J’ai pensé que cet article pourrait nous aider à réfléchir sur une spécificité de notre mouvement, spécificité qui mérite réflexion sinon discussion.

Sans pour autant tomber dans le discours conservateur un peu facile et vouloir forcément revenir à un mode de séparation absolu comme c’est le cas des milieux juifs orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes
« Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L’orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L’orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l’emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, nous pouvons nous pencher sur les travers de notre système, en observer les failles et chercher les bons remèdes si nécessaire.

En même temps la mixité dans le cadre juif ne manque pas d’avantages, notamment celui des rencontres et de l’égalité de traitement des matières enseignées ou de l’accès actif au rituel.

Mais on pourrait aussi envisager un égalitarisme séparé, même partiellement.

Se pencher sur la question ne veut surtout pas dire vouloir revenir au sexisme d’un judaïsme qui traite les femmes comme des êtres inférieurs et "incapables" d’aborder certaines matières ou de tenir certains rôles. Mais tout simplement examiner une problématique en face, le plus honnêtement possible.

Cela mérite en tout cas réflexion, en particulier dans le cadre de certaines activités juives pour adolescents.

Yeshaya Dalsace (webmaster)

Article du Figaro

Les effets pervers de la cohabitation filles-garçons sont mis en avant par des travaux de sociologues. Des expériences de séparation sont menées dans les autres pays développés, mais en France, la mixité est une valeur aussi ancrée que la laïcité.

Elles sont trois filles, assises sur la balustrade, devant le portail de leur lycée parisien. Jean serré, bouche maquillée. Ultraféminines. « S’il n’y avait pas de mecs ? On y penserait encore plus, lance Julie avec un rire provocateur. Et puis entre filles, c’est supermesquin : jalousies, commérages… » Mais à côté d’elle, Mylène tempère : « En fait, ce serait peut-être moins dur. Les filles moches, ou celles qui ne sont pas populaires, ça doit être très violent pour elles, le regard des garçons. » Et la troisième de conclure, philosophe : « Ça dépend ce que tu cherches au lycée. Si tu veux bosser, c’est sûr que c’est mieux de pas être trop distrait par le reste. » Julie et ses copines ont du mal à imaginer ces temps lointains et barbares où filles et garçons vivaient séparés. Elles ne savent même pas que c’est une revendication de mixité dans la cité universitaire de Nanterre qui finit par embraser le printemps 1968. La mixité est pour elles une évidence. Comme elle le fut longtemps en France, depuis que la loi Haby la rendit obligatoire en 1975, faisant d’elle un élément aussi important que la laïcité dans l’édifice républicain français.

Mais la plus lumineuse des évidences finit un jour par être mise en question. Et la mixité ne fait pas exception. Quand la très sérieuse sociologue Marie Duru-Bellat, auteur d’ouvrages vantés par l’ensemble des tenants du progressisme scolaire, et insoupçonnable de dérive réactionnaire, publie cet été dans la revue de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) un article intitulé « Ce que la mixité fait aux élèves », le débat, très vite, s’anime. D’autant que la Revue française de pédagogie s’apprête à publier à son tour, sous la direction de la même chercheuse, un numéro consacré à ce sujet.

Avant cela, toute remise en cause, et même toute interrogation sur les effets de la mixité, semblait intolérable. Michel Fize, auteur en 2003 des Pièges de la mixité scolaire (Presses de la Renaissance) en a subi les conséquences. Depuis, son argumentation a pourtant fait florès : toutes les études le prouvent, les filles obtiennent de meilleurs résultats à l’école, toutes catégories sociales confondues -même si les écarts se creusent au fur et à mesure que l’on descend dans l’échelle sociale- mais elles ont une moindre estime d’elles-mêmes que les garçons, se perçoivent comme moins brillantes, et s’orientent majoritairement vers des filières peu valorisées. « Tous les professeurs vous le diront, remarque François Portzer, professeur d’histoire-géographie, les filles sont moins dans une attitude d’opposition contre le système. Il faut dire que les images de réalisation de la virilité qu’on offre aux garçons passent par le foot, pas par l’école. » Résultat, des garçons plus turbulents, et des professeurs qui leur accordent 56% de leur temps, contre 44% aux filles.

Pire, certains s’inquiètent de l’effet potentiellement délétère de la mixité scolaire sur les garçons. « Il faut arrêter de croire que les enfants sont des anges asexués, proteste Jean-Louis Auduc, directeur adjoint de l’IUFM de Créteil et auteur de Sauvons les garçons ! (Descartes & Cie, 2009). Dès l’apprentissage de la lecture, on voit que les filles s’en sortent mieux. Parce que l’apprentissage se décompose en différents moments, énoncé, exécution, vérification, correction et finition. Or les petites filles apprennent très tôt à exécuter des tâches, comme aider à mettre la table… Elles ont intégré ce processus. Les garçons, surtout dans les milieux populaires, sont souvent élevés comme des petits rois et ne sont donc pas préparés au métier d’élève. Au moment de la découverte de la différence des sexes, vers 5-6 ans, le garçon est tenté d’en conclure que l’école est faite pour les filles. » À cette différence culturelle, on peut ajouter une différence naturelle, celle d’une puberté plus précoce chez les filles, qui peut, à l’adolescence, perturber certains garçons.

« En 2003, se souvient Michel Fize, j’avais été conspué parce que j’avais écrit qu’il y a des différences physiologiques entre filles et garçons, et qu’on pouvait en tenir compte à certains moments du développement. Mais de toute façon, la donne a changé. » Car beaucoup l’ignorent, mais depuis 2008, la mixité n’est plus obligatoire en France. La retranscription d’une directive européenne sur les discriminations avait permis d’introduire dans la loi l’autorisation d’aménagements de la mixité pour certains enseignements.

La loi du 15 mai 2008 a ému les défenseurs de l’égalité homme-femme car elle coïncidait avec des revendications de groupes religieux pour revenir sur ce principe fondamental de l’organisation de l’école. C’est encore cette crainte qui limite la réflexion sur la question. Et qui fait de la France une exception puisque les écoles non mixtes ont fait l’objet, dans les années 2000 d’expériences diverses aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, ou en Grande-Bretagne. Aux États-Unis, c’est George Bush qui avait autorisé ces expériences dont les résultats ont été jugés très positifs pour les filles issues des minorités. Encore ces jeunes filles étaient-elles toutes volontaires, ce qui fausse l’évaluation. Mais la revendication émanait autant de féministes radicales voulant sortir les filles des déterminismes sexués que d’extrémistes religieux. En Allemagne, où il s’agissait de développer des enseignements non mixtes, en sciences physiques ou en informatique, les résultats étaient très positifs pour les filles, même si leur réinsertion dans des classes normales, où elles se heurtaient à des stéréotypes renforcés, était difficile.

En France, où n’existe pas la tradition anglo-saxonne de séparation des sexes dans l’espace social, seul le privé hors contrat développe, de façon très marginale, des classes non mixtes. Dans l’enseignement catholique sous contrat, où la non-mixité est peu à peu devenue rare, on se veut prudent. Pour Claude Berruer, secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique, « il faut avoir conscience que la mixité ne contribue pas forcément à une égale dignité garçon-fille. Mais un retour en arrière ne serait pas la solution. Bien sûr, nous avons des familles, notamment musulmanes, qui expriment des réserves et mettent le doigt sur des façons de vivre la mixité qui ne respectent pas la pudeur. On se désole du machisme, mais il faut réfléchir sur ce qu’on donne à voir du rapport au corps dans nos sociétés. » Et de fait, les quelques classes non mixtes de l’enseignement privé sous contrat sont plébiscitées.

Ainsi, le célèbre établissement Saint-Jean-de-Passy, dans le XVIe arrondissement de Paris, ancien lycée de garçons, s’est ouvert aux filles pour le primaire, puis pour le collège et le lycée. Mais le choix a été fait, au collège, de conserver des classes non mixtes. « Nous avons toujours pensé qu’il y avait une complémentarité des sexes, plaide Marie-Odile Idrac, qui dirige l’établissement depuis un an. Nous aménageons de longs moments de mixité, pendant les repas, les récréations, mais nous avons voulu développer une approche originale, respectant la sensibilité des adolescents. » Et dans les examens qui sont mixtes, les filles s’en sortent avec en moyenne deux points de plus que les garçons.

Au collège Stanislas, dans le VIe arrondissement, on laisse le choix aux élèves. Philippe, dont le fils est entré cette année en 4e, raconte : « Dans son ancien collège, Clément était classé “intello”. Il était harcelé par des garçons, souvent poussés par des filles plus mûres qu’ils voulaient impressionner. Mais à Stanislas, il est finalement dans une classe mixte, et cela ne pose aucun problème. Pour une raison simple : tout le monde est là pour travailler, pour apprendre. Garçons et filles jouent le jeu parce qu’ils savent que sinon, ils sont virés. »

De l’autre côté de l’échelle sociale, Mourad Rebrab, professeur à Belfort, observe lui aussi que les problèmes liés à la mixité révèlent surtout des carences de l’école. « Les filles sont en moyenne meilleures, mais elles sont plus fragiles. On en voit qui basculent et deviennent ingérables à la suite de problèmes familiaux graves, parce que personne n’est là pour les écouter. Chez elles, elles n’existent pas. On n’a pas de solution, on les exclut parce que le collège unique ne sait pas prendre en charge les élèves déviants. » Les garçons, eux, s’enfoncent dans l’échec et dans la frustration. Les filles ont gagné le droit d’être instruites au moment où l’école renonçait à la transmission au profit de nouvelles pédagogies. Mieux préparées à une absence de cadre, elles s’en tirent mieux, mais au prix de relations dégradées et violentes avec les garçons.

Par Natacha Polony - le Figaro du 14/09/2010

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?