Accueil > Le mouvement Massorti > Massorti francophone > Mouvement de jeunesse Massorti : Noam

Présentation du mouvement de jeunesse Massorti

Présentation du mouvement de jeunesse Massorti

Noam branche Massorti des EI -

Noam est le nom du mouvement de jeunesse Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
. En France, il est affilié aux éclaireurs israélites dont il est une des branches.
De retour de vacances les jeunes du groupe Noam ont repris le chemin de l’école. Comment s’est passé leur camp d’été ? Qu’en ont-ils retiré ? Claire Aboudi nous livre ses impressions.

Permettre « l’éducation du jeune par le jeu par le jeune »… Si l’on me demandait de résumer en une seule formule le rôle des Eclaireuses et Eclaireurs Israélites de France, c’est ainsi que je répondrais. Malgré leur jeune âge, nos animateurs ont en effet entre 17 et 22 ans en moyenne, nos encadrants prennent très au sérieux leur rôle d’aînés.

Quels objectifs poursuivons-nous ? Tout d’abord :apprendre aux enfants qui nous sont confiés à vivre et à évoluer en communauté, avec des gens d’âges différents. Ainsi, le plus jeune se développe en observant son aîné, ce dernier faisant partager son expérience aux nouveaux ou au plus timides. La vie en communauté que nous vivons aux « E.I. » implique évidemment un ensemble de règles que nous devons respecter. La règle essentielle du mouvement est le respect du « minimum commun », c’est-à-dire que chacun, quelque soit son niveau de pratique, doit participer à la vie religieuse du camp, à savoir respecter la cacherout, assister à l’office du matin, faire le motsi Motsi Bénédiction sur le pain. Cette bénédiction se fait chaque foi qu’on mange du pain et marque en particulier le début d’un repas et a fortiori les repas de shabbat et fêtes. Elle est accompagnée d’un lavage rituel des mains (netilat yadayim). Le pain est trempé dans du sel. et le birkat hamazon lors des repas.

La transmission de ces éléments de la tradition (pour nombre d’enfants, les « E.I. » constituent une première approche du judaïsme) se fait d’autant mieux que nous évoluons, pendant les vacances, dans un milieu naturel. Lors des camps d’été nous vivons en effet sous la tente pendant près de trois semaines. Ce qui nous offre l’occasion de découvrir la nature que nous avons le devoir de respecter. Comme dit notre loi numéro 1 : « l’E.I. aime et protège la nature ».

Il serait beaucoup trop long d’énoncer tous les objectifs pédagogiques que nous nous fixons. Mais l’apprentissage de la solidarité, le respect de l’autre et de la tolérance, ainsi que de la religion se trouvent au cœur de chacun d’entre eux.

Parce ce que les jeunes qui nous sont confiés ont entre 8 et 16 ans, nous avons structuré notre mouvement en classes d’âge. Ce que nous surnommons les « branches ». Il y a d’abord la Branche Cadette (BC) qui regroupe les enfants de 8 à 11 ans, ensuite la Branche Moyenne (BM) composée d’adolescents de 12 à 16 ans, et enfin la Branche Perspective (Pif) qui constitue l’ultime année avant de devenir animateur.

A vrai dire il n’y a pas de différence majeure entre chacune de ces catégories si ce n’est l’âge des enfants. Evidemment les thèmes et les activités préparées par les animateurs diffèrent, mais les objectifs sont très proches, si ce n’est même identiques, d’une branche à l’autre.
En tant qu’animatrice mais aussi qu’ancienne « E.I », je pense que ce mouvement de jeunesse nous aide considérablement dans nos relations avec le monde extérieur. Il nous donne une aisance pour affronter les difficultés de la vie de tous les jours, de par le fait qu’il nous apprend à relativiser les problèmes, mais aussi parce qu’au sein du mouvement chacun tisse sa toile d’amitiés éternelles. Et que l’on ait 7 ou 77 ans, un ami des EI est un ami pour la vie.

Messages

Mouvements de jeunesse Massorti

Hazac
Laurence Sekik

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?