Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre des Nombres - ספר במידבר > פינחס Pinhas - 41

Haftara de Pinhas

Haftara de Pinhas

1 Roi 18.46 - 19.21 -

Notre Haftara Haftara
Haftarah
Depuis la période talmudique, la lecture de la Tora, chaque shabbat matin est suivie de la lecture de la "Haftarah ". C’est généralement, la personne qui est appelée en 8ème montée (Alya) à la Tora qui lit la Haftara, cette montée est appelée "Maftir". Le texte de cette lecture supplémentaire et hebdomadaire est issu des livres des Prophètes. Elle ne se lit pas dans un rouleau mais dans un livre comportant voyelles et signes de cantilations. Il existe en général un rapport contextuel entre la Parasha et la Haftara.
nous donne une leçon contre le fanatisme. Elie, le prophète, jaloux de Dieu (comme Pinhas) apprend que Dieu se trouve dans le silence.

Le prophète Elie vient de faire massacrer les prophètes du Baal, divinité païenne adorée par les juifs de l’époque de la royauté. Il a montré son zèle pour Dieu, mais n’en sort pas indemne. Poursuivit par le pouvoir politique, il doit prendre la fuite.

Texte de la Haftara Haftara
Haftarah
Depuis la période talmudique, la lecture de la Tora, chaque shabbat matin est suivie de la lecture de la "Haftarah ". C’est généralement, la personne qui est appelée en 8ème montée (Alya) à la Tora qui lit la Haftara, cette montée est appelée "Maftir". Le texte de cette lecture supplémentaire et hebdomadaire est issu des livres des Prophètes. Elle ne se lit pas dans un rouleau mais dans un livre comportant voyelles et signes de cantilations. Il existe en général un rapport contextuel entre la Parasha et la Haftara.

Poussé par la main de Dieu, Elie ceignit ses reins et courut en avant d’Achab jusqu’à l’entrée de Jezreël.

19

Achab apprit à Jézabel tout ce qu’avait fait Elie, et comme quoi il avait fait périr tous les prophètes par l’épée. Et Jézabel envoya un messager à Elie pour lui dire : "Que les dieux m’en fassent tant et plus, si demain, à pareille heure, je ne t’ai rendu semblable à l’un de ceux-là !"

Devant cette menace, il se leva, partit pour sauver sa vie, et, arrivé à Bersabée en Juda, il y laissa son serviteur. Pour lui, il fit une journée de chemin dans le désert, puis alla s’asseoir sous un genêt, et implora la mort en disant : "Assez maintenant, ô mon Dieu ! Prends ma vie, car je ne suis pas meilleur que mes pères !" Et il se coucha sous le genêt et s’endormit.

Soudain un ange posa la main sur lui et lui dit : "Lève-toi, mange." Il regarda, et aperçut, près de sa tête, un gâteau cuit à la braise et un vase plein d’eau. Il mangea et but, puis il se recoucha.

Une seconde fois, l’envoyé du Seigneur vint le toucher en disant : "Lève-toi, mange, car tu as une longue traite à faire."

Il se leva, mangea et but, puis, réconforté par ce repas, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’au Horeb, la montagne de Dieu. Là, il entra dans une caverne, où il passa la nuit. Et voici que la voix divine s’adressa à lui, disant : "Que fais-tu là, Elie ?" Il répondit : "J’ai fait éclater mon zèle pour toi, Seigneur, Dieu-Cebaot, parce que les enfants d’Israël ont répudié ton alliance, renversé tes autels, fait périr tes prophètes par le glaive moi seul, je suis resté, et ils cherchent aussi à m’enlever la vie." La voix reprit : "Sors, et tiens-toi sur la montagne pour attendre le Seigneur !"

Et de fait, le Seigneur se manifesta. Devant lui un vent intense et violent, entr’ouvrant les monts et brisant les rochers, mais dans ce vent n’était point le Seigneur. Après le vent, une forte secousse ; le Seigneur n’y était pas encore.

Après la secousse, un feu ; le Seigneur n’était point dans le feu. Puis, après le feu, une voix de fin silence.

Aussitôt qu’Elie le perçut, il se couvrit le visage de son manteau et alla se placer à l’entrée de la caverne, et une voix lui arriva qui disait : "Que fais-tu là, Elie ?" Il répondit : "J’ai fait éclater mon zèle pour toi, Seigneur, Dieu-Cebaot, parce que les enfants d’Israël ont répudié ton alliance, renversé tes autels et fait périr tes prophètes par le glaive ; moi seul je suis resté, et ils cherchent aussi à m’enlever la vie."

Le Seigneur lui dit : "Va, reprends ta route vers le désert de Damas. Arrivé là, tu sacreras Hazaël comme roi de Syrie ; puis, Jéhu, fils de Nimchi, tu le sacreras roi d’Israël, et Elisée, fils de Chafat, d’Abel-Mehôla, tu l’oindras comme prophète pour te succéder. Or, celui qui aura échappé au glaive d’Hazaël, Jéhu le fera mourir ; et qui aura échappé au glaive de Jéhu, Elisée le fera mourir. Mais j’en épargnerai sept mille en Israël : à savoir, tous ceux dont le genou n’a point fléchi devant Baal, et dont la bouche ne lui a point adressé d’hommages."

Il partit de ce lieu et rencontra Elisée, fils de Chafat, qui labourait ayant douze paires de bœufs devant lui et se tenant près de la douzième. Elie s’avança vers lui et lui jeta son manteau. Elisée quitta les bœufs, courut après Elie et lui dit : "Je voudrais embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai." Il lui répondit : "Va, retire-toi, car que t’ai-je fait ?"

Elisée s’éloigna de lui, prit une paire de bœufs qu’il tua, en fit cuire la chair avec le bois de l’attelage et la donna à manger à ses gens ; puis il se mit en devoir de suivre Elie, et il devint son serviteur.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?