Accueil > Culture et liens > Livres > Bible et commentaires

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

par Sandrick Le Maguer, « l’Infini », Gallimard -

Où il est joyeusement avancé que les Evangiles résultent d’une forme d’exégèse biblique spécifiquement juive. Un travail passionnant qui devrait provoquer quelques remous

Pas certain que la plupart des chrétiens pensent souvent à ce fait, qui n’est pas sans conséquence : contrairement aux juifs et aux musulmans, ils sont les seuls monothéistes qui ne lisent pas leurs livres saints en v.o. Si c’est une évidence pour la Bible hébraïque, traduite au fil des siècles d’abord en grec, puis en latin et enfin dans toutes les langues imaginables, l’affaire se complique avec le Nouveau Testament. Et ce qu’avance à ce sujet Sandrick Le Maguer - qui est chrétien, et par ailleurs ingénieur en électromagnétique - devrait secouer quelques certitudes, d’autant qu’il le fait avec une rigueur implacable - et un bel humour, ce qui ne gâche rien. Alors, que dit-il ? Que tout hellénisant - ce qu’il est - doublé d’un hébraïsant compétent - ce qu’il est également (on lui doit une traduction du « Midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
sur les Proverbes ») - ne peut que détecter immédiatement l’hébreu sous le grec du Nouveau Testament. Et que rendre ces textes au cadre linguistique et au paysage mental de ses rédacteurs est la seule chose à faire si l’on espère les comprendre et entendre leurs harmoniques les plus subtiles - qui recèlent souvent, si l’on ose dire, de sacrées surprises.

Sandrick Le Maguer n’est pas le premier à soutenir cette thèse d’une source hébraïque originelle. Il reconnaît sa dette à l’égard d’un personnage controversé, Bernard Dubourg, disparu en 1995, qui publia en 1987 le premier tome de « l’Invention de Jésus », sous- titré « L’hébreu du Nouveau Testament ». De son côté, Claude Tresmontant, l’auteur du « Christ hébreu », était arrivé dès 1983 à la même conclusion. Des ouvrages qui firent un scandale de tous les diables et furent promptement occultés, tant dans les milieux académiques que religieux, même si du côté juif le linguiste Henri Meschonnic avait alors volé au secours de Dubourg. Un effacement qui scandalise Philippe Sollers, l’éditeur de Dubourg (et aujourd’hui de Le Maguer) qui s’indignait encore en 2007 dans la revue « Ligne de risque » de « l’enfouissement absolu » dont avaient été l’objet ces travaux, conséquence selon lui d’« une coalition de toutes les ignorances ».

« Effectivement, il y a eu une sorte de forclusion par rapport aux origines du texte », sourit Le Maguer, qui va beaucoup plus loin que Dubourg. Pour lui, le travail de rétroversion du corpus évangélique du grec vers l’hébreu n’est pas suffisant, il faut maintenant, dit-il, absolument « rétrovertir sa pensée » comme « son mode de production ». Qu’est-ce à dire ? « Que ce texte ne cesse pas un instant de vous crier qu’il est un midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
, et qu’il veut être lu comme tel. » Midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
, le mot-clé est lâché. « La racine de ce terme hébraïque est darash (DRS), « chercher, fouiller ». [...] C’est un art multimillénaire de l’interprétation et de la génération des textes sacrés ou de leurs commentaires, une exploration incessante du texte biblique, de sa langue, de ses sauts, de ses ruptures et de ses apparentes contradictions : une recherche qui à son tour génère du texte. En termes plus modernes, nous pourrions le définir comme une forme maximale d’intertextualité. »

Les techniques de cette « lecture infinie », pour reprendre le titre d’un beau livre de David Banon, sont multiples : jeux de mots, anagrammes, anomalies (lettres défectives, répétitions apparemment inutiles), guématrie (quand deux mots apparemment sans rapport ont la même valeur numérique - en hébreu, chaque lettre a la sienne -, on s’interroge sur ce qui peut bien les lier). De cette lecture active naît une autre narration, qui n’a rien d’une improvisation libre car elle doit toujours prendre appui sur des sources scripturaires puisées dans le corpus biblique même, dont au passage le travail midrashique révèle la formidable homogénéité. Ces techniques, Sandrick Le Maguer les applique aux textes évangéliques, et démontre, sans doute possible, leur nature midrashique. Alors, si vous voulez savoir pourquoi l’ange qui annonce à Marie qu’elle allait enfanter le Messie ne pouvait que s’appeler Gabriel, si vous voulez comprendre pourquoi, d’un point de vue midrashique, Miriam, la soeur d’Aaron ; Rebecca, la femme d’Isaac ; et Marie, la mère de Jésus, sont une seule et même personne (« Dans la Torah, dit le Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l’époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l’ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
, il n’y a pas d’avant ni d’après » - autrement dit, notre temporalité n’y a pas cours) et pourquoi cette dernière, en dépit de toutes les arguties développées par ailleurs, devait être vierge, « la vierge d’Israël », il faut lire le livre de Sandrick Le Maguer, petit chef-d’oeuvre de gai savoir, qui ouvre à l’exégèse chrétienne des perspectives proprement vertigineuses.

Bernard Loupias Nouvel Obs.com

Point de vue rabbinique sur ce livre très catholique

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir ce petit ouvrage sur Marie.
Je lui trouve quelques défauts : le propos n’est pas toujours très clair, certaines pages « personnelles » totalement obscures pour les non- intimes de l’auteur. Je déplore un manque de références et de notes plus fouillées (il y en a, mais le propos et l’ambition de l’ouvrage méritaient plus). Certains raccourcis midrashiques sont un peu vite apportés comme « évidence »… Cependant, voilà un livre à lire aussi bien par les juifs que les chrétiens, ou toute personne intéressée par l’art de créer du sens avec les mots.

Pour les juifs, il a le mérite de nous rappeler qu’au-delà des croyances et des polémiques, les textes qui fondèrent le christianisme méritent un regard midrashique et une certaine considération de notre part. Cela n’impliquant nullement une quelconque reconnaissance de la messianité de Jésus ou de la virginité de Marie. Ce n’est pas tous les jours que l’on trouve un ouvrage chrétien qui parle le même langage que celui des rabbins rabbin
rabbins
Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.

Pour les chrétiens, cet ouvrage à l’énorme mérite de les ramener à des fondamentaux qui sont les racines juives et hébraïques de leurs textes. Je ne peux parler à la place des chrétiens, mais il me semble qu’un tel livre redonne, à sa façon, un certain souffle au culte marial et en tout cas une certaine intelligence. (En tout cas il me le rend plus compréhensible, à moi qui n’y ai jamais rien compris !) Il pose surtout la question fondamentale du rapport à la langue et donc à toute la base du christianisme et de ses textes. J’ai toujours été personnellement très surpris du peu de cas de l’hébreu et encore moins du Midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
fait par la plupart des chrétiens cultivés que je connais, à commencer bien entendu chez les professionnels (prêtres et pasteurs). Refuser de se comprendre soi-même ??? La lecture juive des textes nous apprend que la forme compte autant que le fond, le mot employé a parfois plus à nous dire que la signification courante de la phrase. Ce petit livre en présente un bel exercice.

Je lui trouve enfin un grand mérite : son auteur a de l’humour ! Rien que cela mérite le détour…

Dans l’ensemble, la démonstration me semble assez convaincante. Et j’espère que l’auteur sera pris d’une nouvelle poussée de fièvre… pour reprendre ses propres paroles. Personnellement, je lirai la suite avec plaisir.

Yeshaya Dalsace

Marie à rebours

« La Vierge Marie était et reste juive au plus haut point : elle doit son existence à la géniale herméneutique juive nommée midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.
que nous sommes réunis ici pour étudier » (S. Le Maguer).

Voici sur ce thème un article de Sandrick Le Maguer :

Puisque tu as été choisie entre toutes les nations

Marie à rebours

En PDF

On lira avec intérêt différents articles d’un colloque sur Evangile et Midrash Midrash
Midrach
Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l’inconscient" du texte. Le vrai sens n’est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu’il faut chercher à l’intérieur des mots.

http://lemidrash.free.fr/CIEM2005si...

Messages

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

j’ai confiance dans vos avis, avez-vous lu ce livre où est-ce juste une présentation ? Il a l’air de soutenir des livres controversés (que je ne connais pas), ceux de Bernard Dubourg et Claude Tresmontant. Mais celui-ci est-peut-être valable.
Je vais dans un premier temps faire comme vous, présenter le livre sur mon site http://ajcf.lyon.over-blog.com/, en attendant des commentaires ou mieux un recension.

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

Les midrashim , prétexte à une fausse érudition !
J’avais un a priori favorable en achetant « Portrait d’Israël en jeune fille, genèse de Marie » de Sandrick Le Maguer ; des critiques laissaient supposer un ouvrage hors du commun. Cela aurait pu être une approche des plus singulières. En fait, dès les 20 premières pages, j’ai déchanté. Je suis allé – tout de même – jusqu’au bout pour donner du crédit à mon opinion. Que dire ? Ouvrage amphigourique, pédant, parfois abscons et pseudo-poétique, humour discutable, non exempt de fautes de français et d’orthographe. Il est étonnant que les éditions Gallimard l’aient publié. Bien sûr, on peut être abusé par l’apparente érudition et la morgue, mais c’est la « montagne qui accouche d’une souris ». On n’y apprend rien de très intéressant. Il serait vraisemblablement utile à ce jeune homme – connaisseur, apparemment, entre autres de l’hébreu – de passer quelques années à étudier la théologie judéo-chrétienne. Oui, j’ai bien compris que Sandrick Le Maguer a pris des précautions pour contrecarrer d’éventuelles critiques défavorables ; par exemple, pages 102-103, 139-141. Qu’à cela ne tienne, son livre ne dévoile rien qui ne soit déjà connu à la lumière des innombrables autres ouvrages tentant de révéler ce qui est caché depuis la fondation du monde.

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

Je crois que nous n’avons pas lu le même livre : il est au contraire riche de nouveautés et sans exemple comparable sur la question de Marie. En particulier, ses démonstrations de la genèse de ce personnage à partir des techniques et des textes juifs sont sans précédent (s’il existe des précédents, citez vos sources avec précision). Enfin, l’orthographe ne me semble pas déficiente (2 coquilles ai-je vu) et, qui plus est, vous semblez ignorer qu’un éditeur comme Gallimard fait systématiquement corriger tous ses textes (tout comme Le Seuil, Grasset, etc.).
Mais peut-être n’aimez-vous pas ce livre pour d’autres raisons ?
Ce n’est pas mon cas.

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

Bonjour,

Merci de votre réponse.

Je n’ai pas de raisons cachées de ne pas aimer ce livre et son auteur que je n’ai pas le plaisir de connaître personnellement.

Mes recherches personnelles dans les textes si largement explorés m’a conduit à la circonspection ; il faut faire le tri entre les Jean-Yves Leloup, Gérald Messadié, Simcha Jacobovici, Charles Pellegrino, Dan Brown et autres Louis Pauwels et Jacques Bergier. Tout y est bien "brassé" du New Age au prétendues découvertes devant l’ordre mondial. On essaie - savamment voudrait-on - d’expliquer, de démontrer que les Ecritures sont cryptées, qu’elles ne disent pas tout à fait et parfois pas du tout ce qu’on en lit...

Ma prudence ne semble pas me rendre obtus et je me réserve la possibilité d’aller au-delà de l’apparente simplicité des Ecritures, mais trop peu n’en faut.

Voyez-vous, ce qu’a écrit Sandrick Le Maguer - au demeurant très cultivé - me parait relever du roman à clef, réservé à quelques uns intéressés par les midrashim. Lectorat confidentiel. D’ailleurs, les pages 179-186 illustrent parfaitement la démarche de l’auteur ; il a parfaitement raison de terminer ce chapitre par : "Personne ne me croira, mais quelle importance ?" Personnellement, j’aurais plutôt placé un " !" et non un " ?"

Je souhaite que cet ouvrage soit un succès de librairie non pour ce qu’il voudrait être mais pour ce qu’il est.

Merci encore d’avoir pris le temps de m’écrire.

Claude Donadello

Portrait d’Israël en jeune fille. Genèse de Marie

order cialis online %] auto insurance quote 462647 online abilify :PP

Voir en ligne : http://www.tetracyclicantidepressan...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?