Accueil > Judaïsme > Fêtes juives > Principes généraux

Erouv Tavshiline

Erouv Tavshiline

Lorsqu’une fête et donc un Yom Tov précède Shabbat, il faut faire un Erouv Tavshiline pour pouvoir cuire de la nourriture pour Shabbat.

Cela se fait pour tout Yom Tov qui précède Shabbat et tombe donc un vendredi, que ce soit pour Pessah (1er ou 7e jour), Shavouot, Rosh Roch
Rosh
Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d’intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l’auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hashana ou Soukot Soukot
Souccot
Fête des cabanes, du 15 au 22 Tishri. Troisième fête de pèlerinage et aboutissement du cycle liturgique dans le judaïsme. Symbole de l’harmonie possible entre le monde spirituel et terrestre. C’est la fête messianique par excellence. Elle correspond également à la fin du cycle agricole commencé au printemps avec Pessah.
(1er et 8e jour), que l’on double le Yom Tov de diaspora ou qu’on adopte un seul jour de Yom Tov comme en Israël.

Le principe est assez simple : durant le Yom Tov on a le droit de cuire à partir d’un feu existant, mais pour le seul Yom Tov, mais pas plus. Or il nous faut préparer des repas pour Shabbat qui vient après et qu’il est difficile de préparer trop à l’avance. Le Erouv va donc symboliquement inclure les repas du Shabbat dans la possibilité de cuire durant Yom Tov.

Pour ce faire, la veille de Yom Tov, on prend deux mets cuits (un petit pain et un œuf par exemple ou encore un morceau de Matza et un morceau de viande ou de poisson…) que l’on pose sur une assiette et l’on prononce la bénédiction et la formule adéquate (elle se trouve dans toute Hagada de Pessah). Dans l’idéal, cette nourriture sera consommée durant le shabbat afin de montrer qu’on n’a pas fait cela pour rien.

La bénédiction est :

ברוך אתה ה’ אלוקינו מלך העולם אשר קדשנו במצוותיו וצונו על מצות עירוב.

Baroukh ata Adonaï, èlohéinou mèlèkh ha-ôlam, achèr kidechanou ¬be-mitsvotav ve-tsivanou âl mitsvat êrouv.
Tu es source de bénédiction, Éternel notre Dieu, Souverain du monde, Toi qui nous as sanctifiés par Tes commandements, et nous as ordonné d’accomplir le commandement d’association.

On dit ensuite :

« Grâce à ce ‘Erouv, il nous sera permis d’enfourner, de cuisiner, d’allumer le feu (à partir d’une flamme déjà existante avant la fête), et d’exécuter tous nos préparatifs pendant Yom Tov pour les besoins de Shabbat. »

Cette cérémonie se trouve dans le siddour Siddour
Sidour
Sidourim
Livre de prière. Vient du mot "ordre" סדר, car le rituel doit être récité dans un certain ordre. Celui employé pour les fêtes s’appelle également Mahzor. Il existe des quantités de variantes, mais le principe est toujours le même dans toutes les communautés juives.
massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C’est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l’idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n’a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
de semaine à la page 240.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?