Accueil > Judaïsme > Traditions juives

Usage de la kipa et du couvre chef

Usage de la kipa et du couvre chef

C’est une très vieille coutume juive que de se couvrir la tête par signe de respect. Dans le Talmud   on raconte que Rav Houna ne marchait pas quatre pas la tête découverte. Un autre rabbin   conseille à son fils d’avoir toujours la tête couverte en signe de « crainte du ciel ».

Les cohanim   se couvraient la tête dans le Temple (Exode 28.4). Le fait de défaire sa chevelure (rafouy harosh) était une mesure d’humiliation et de deuil.

« 31 ainsi parle le Seigneur Dieu : Bas la tiare, plus de couronne ! Tout à l’inverse ! Que ce qui est bas s’élève, que ce qui est élevé s’abaisse ! » (Ezéchiel 21.31)

« David montait la pente des Oliviers, s’avançant en pleurant, la tête défaite et nu-pieds ; et tout le peuple à sa suite avait également la tête défaite et montait en pleurant. » (2 Samuel 15.30).

Dans la guemara Shabbat 115b, on donne un rabbin   en exemple qui ne faisait jamais quatre pas sans avoir la tête couverte en marque de piété.

Dans la guemara Brakhot 51a, on nous raconte qu’un rabbin   se couvrait la tête pour dire une bénédiction.

On voit donc que se couvrir la tête était une mesure de piété (minhag hassidout). C’est comme cela que les poskim l’on entendu et ils n’y ont pas vu une obligation (Kolbo dans Beit Yossef OH 91).

Cependant la coutume s’est établie de se couvrir pour prier, notamment en Espagne et en France médiévales. Et la mesure de piété veut qu’on se couvre la tête en tout lieu.

Mais le Or Zaroua signale qu’en France (médiévale) tout le monde ne respectait pas cette coutume durant la prière et il n’était pas rare de voir des gens prier tête découverte.

Le Maguen Abraham voulu rendre obligatoire le fait de se couvrir la tête durant la prière afin de se différencier des chrétiens. Mais beaucoup de commentateurs ne furent pas d’accord avec lui.

Pour le Gaon   de Vilna il n’y a aucune interdiction d’avoir la tête découverte dans la vie de tous les jours sauf à son avis pour les rabbins   importants, par contre il pense qu’il faut se couvrir la tête pendant la prière par mesure de respect.

La raison de la coutume de se couvrir la tête est donc avant tout une mesure de modestie. Il existe également une autre raison : la volonté de montrer sa différence et sa judéité. Cette seconde raison a toujours beaucoup influencé les coutumes juives.

De nos jours la Kipa est de rigueur dans toute synagogue (sauf certaines synagogues réformées) et au cours de toute cérémonie juive. Celui qui se promène avec une kipa toute la journée fait acte de piété.

Par contre, il est tout à fait légitime pour le commun des juifs de ne pas en porter sauf pour prier.

La question a pris un nouveau tournant avec les lois sur le voile islamique en France ; dans ce contexte il me semble normal pour un juif de ne pas insister sur ce point et de ne pas froisser les gens, ou pire, s’attirer des ennuis.

On peut donc très bien ne pas mettre de kippa dans un lieu public et dans certaines circonstances on doit même ne pas en mettre, soit pas respect pour la laïcité, soit pour ne pas s’attirer d’ennuis du fait de la montée de l’antisémitisme.

Le chapeau noir :

Le fait pour certains juifs ultra-orthodoxes   de mettre un chapeau en permanence repose avant tout sur la volonté de se distinguer tout en se couvrant la tête en marque de piété. Il existe en effet dans le judaïsme l’idée de cette distinction vis-à-vis des autres et particulièrement des non-juifs, mais cela n’a pas toujours été pratiqué et cela demeure très discutable.

Par ailleurs, on voit de nos jours des rabbins   porter le chapeau en toutes circonstances, y compris dans des réceptions publiques, pour donner une leçon ou même une conférence… pour eux, le chapeau noir est devenue une forme de distinction et de marque de leur fonction. L’exemple du grand rabbin   Bernheim qui depuis qu’il est devenu Grand rabbin   de France se montre toujours avec un chapeau alors que ce n’était pas sa pratique auparavant est éloquent.

Cette pratique est un peu curieuse car elle a tendance à faire du rabbin   une sorte de personnage sacerdotale portant un costume reconnaissable, comme c’est le cas pour les prêtres chrétiens ou les moines bouddhistes. Curieusement, on peut trouver que cela est une forme d’imitation des clergés non-juifs. Le costume noir et le chapeau sur la tête ont remplacé d’une certaine manière ce que fut la soutane des rabbins   consistoriaux au 19e siècle.

Dans le mouvement Massorti  , aucune personnalité rabbinique, aussi importante soit-elle, ne portera un tel costume et un tel chapeau. Beaucoup sont scrupuleux de se couvrir discrètement la tête (kippa), mais aucun ne cherchera à fait remarquer sa fonction par l’intermédiaire d’un costume spécifique et encore moins d’un grand chapeau. Nous tenons à ce que le rabbin   soit un homme comme les autres, proche des gens et accessible, que seule la qualité de l’enseignement et la conduite pieuse distinguent.

Yeshaya Dalsace

Messages

La kipa :

Une fois de plus je suis attristé de voir comment les hommes de notre confession font mains basse sur le peuple en élevant en loi la pratique du port de la Kipa. Vous ecrivez : "Les grands décisionnaires halakhiques (Maimonide  , Yossef Karo) considèrent que c’est une mesure de piété que de se couvrir la tête en permanence, mais n’y voient aucune obligation sauf au moment de prier ou de dire une bénédiction."
Mais qui a ordonné ou meme donné le droit de décision sur tout un peuple de décider que le port de la Kipa est obligatoire ! En permanence ou seulement à la synagogue. Dieu n’a jamais ordonné une telle pratique. Nul part dans la Torah, il est inscrit que le peuple juif se doit de porter la Kipa ! Si Dieu avait voulu d’une constance dans l’humilité ou la piété dans l’homme, il l’aurait ordonné. Avons nous besoin de symbole pour nous rappeler de Dieu et de ses commandements ? Par ailleurs, le fait de justifier cette position par la tradition, les coutumes ou usages n’en fait pas une loi sauf pour celui qui cherche a asservir son prochain ou a s’asservir soi même de pratiques non justifiables. En définitif, c’est à celui qui en fait le plus, qui se montre le plus, et qui arrive à faire parler le plus de lui et de ses dérives !

tradition juive

Toute la richesse du Judaisme est dans la tradition rabbinique, pas dans la lettre de la Tora...

Tradition discutable par ailleurs...

tradition juive

est-il interdit de transgresser le chabbath pour sauver un animal ?

La kipa :

Cher David.

Je souhaite réagir à vos propos.

Vous écrivez :

« Mais qui a ordonné ou même donné le droit de décision sur tout un peuple de décider que le port de la Kippa est obligatoire ! En permanence ou seulement à la synagogue. Dieu n’a jamais ordonné une telle pratique. Nul part dans la Torah, il est inscrit que le peuple juif se doit de porter la Kipa ! »

Votre question est légitime, mais en fait, j’imagine que vous adhérer, au moins en partie, aux institutions rabbiniques.

Savez vous qu’il n’est écrit nul part dans la torah qu’il faut allumer des bougies le vendredi avant chabbath ? ni qu’il fasse faire kiddouch   avec une coupe de vin, ni la Avdala ? Il n’est inscrit nul part dans la torah que l’on doit boire 4 coupes de vin au sedder de pessah.
Il n’est écrit nul part dans la torah que la mitsva du Loulav s’accomplit durant sept jours (à l’extérieur du temple) cela n’est qu’une institution rabbinique en souvenir du temple. Il n’est inscrit nul part dans la torah que l’on allume des bougies à Hanoukka !

Et pourtant la benediction recitée sur ces action d’ordre rabbinique est « barouh ata hachem…qui nous sanctifié et ordonné d’allumer les bougies de chabbath, de Hannouka, de prendre le loulav… » ??

De plus il n’y a aucun interdit de la torah de sonner du choffar le chabbath et pourtant si roch   hachana tombe le chabbath, on ne sonne pas du choffar !! (plus royaliste que le roi, vous me direz !) pourtant j’imagine que vous ne sonnez pas du choffar dans un tel cas, hors vous manquez par cela une mitsva unique dans l’année (car le deuxième jour de Roch   hachana lui non-plus n’est pas mentionné dans la torah !!)

Vous écrivez aussi :

« Si Dieu avait voulu d’une constance dans l’humilité ou la piété dans l’homme, il l’aurait ordonné. Avons-nous besoin de symbole pour nous rappeler Dieu et de ses commandements ? »

Je déduis de cette phrase que vous êtes un juif qui observe les commandements de Dieu, vous ne supportez pas cette forme de monopole rabbinique qui s’octroie le droit d’asservir le peuple.

Dites-le-vous bien, vous êtes une exception !Généralement, les gens qui n’acceptent pas les institutions rabbiniques ne sont qu’a la recherche d’une permissivité. Et rapidement, ils en viennent à transgresser chabbath, ne font pas le Bircat hamazon (bénédiction finale sur le pain) ne pas mettre les tephillin tous les jours, manger des poissons et viandes interdites par Dieu « lui-même »…j’en saute. (malheureusement, je côtoie ce publique et je sais trop bien de quoi je parle, il y a peut-être des exceptions, et vous en faites parti)

Pour répondre à votre question initiale.

Dieu, lui-même, a mis en place dans la torah un « dynamisme halakhique » en disant « vous ne dévierez pas de leur parole ni vers la droite ni vers la gauche » (deutéronome) la torah nous enseigne comment mettre en place ce système législatif rabbinique et ou en sont ses limites. Evidement, ce sujet dépasse de loin le cadre de mon propos, mais est accepté dans son ensemble, par tous les courants du judaïsme actuel. (Connaissez-vous un juif qui ne fait pas kiddouch   sur du vin mais qui respecte le chabbath ?)

En fait, même certain courant chrétien, comme par exemple les juifs pour jésus, qui allument les bougies avant chabbath récitent le kiddouch   sur du vin et mettent la Kippa durant les offices (elle est pas bonne, celle-la ?) boivent quatre coupes de vin à paques…tout ça n’a rien de biblique !!

Cordialement.
Harry.

La kipa - הכיפה

Ce texte concernant la kippa est vraiment intéressant et très bien réalisé, je note juste une erreur, quand vous dite : " pour ne pas s’attirer des ennuits, avec la monté de l’antisémitisme ".
Or, j’ose croire que ce phénomène à plutôt tendance à diminuer voir à rester très marginal !

La kipa - הכיפה

Les statistiques varient d’un mois à l’autre, mais il y a une claire recrudescence de l’antisémitisme et certains endroits de France sont hélas infréquentables en kippa...

Voyez cette triste chronique http://www.massorti.com/Chronique-des-affreux

Yeshaya Dalsace

Usage de la kipa et du couvre chef

Shalôm,
La fin est proche ! les israéliens exilés d’Asyrie (....Javana, puis vers les ïles) sont rappelés à la Torah. Nous sommes les Hébreu Notsrym de Madagascar (l’île à la forme d’un pied gauche).

Zafy

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?